Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 08:35

 

 

 

 

Iran/Hamas - L'iran à bout de souffle serre les cordons de la bourse - Les terroristes de Gaza - premières victimes ?

par Anna Mahjar-Barducci

Adapté par Aschkel © 2011 www.aschkel.info

http://www.hudson-ny.org/2384/topple-iran-hamas-cairo

Le gouvernement du 'Hamas a omis de payer le salaire de ses 40.000 fonctionnaires de sécurité en Juillet, promettant d'honorer leur retard en août, mais ce mois-ci également les paiements font défaut. Le mouvement terroriste a nié qu'il était en pleine crise financière, cependant il affirme qu'il fait face à des problèmes de liquidités dus a l'incohérence des collectes fiscales ainsi que des retards/problèmes avec l'arrivée de l'aide étrangère.

Selon les médias arabes le manque de liquidités serait dû à une détérioration des relations avec l'Iran.

 

Selon des sources diplomatiques, l'Iran aurait suspendu son aide au 'Hamas essentiellement en représailles pour son silence concernant le soulèvement en Syrie, fidèle alliée des Mollah.

Reuters rapporte que "L'Iran a réduit voire arrêté le financement destiné au 'Hamas, après que ce dernier ait échoué à montrer en public son soutien à Bachar Al Assad"

 

La direction terroriste n'a pas fait de déclaration en soutien à Assad, ou contre les manifestants, notamment du fait que le régime syrien ait brutalement réprimé un camp de "réfugiés palestiniens" dans la ville portuaire de Lattaquié. Les forces avait ouvert le feu tuant plus de 60 civils et forçant 10.000 autres a fuir.

 

 

Le scientifique syrien Basem Ezbidi, exerçant à l'université de Bir Zeit à Ramallah estime que le 'Hamas est confronté à un très grand dilemme, car il semble difficile pour lui de concilier ses intérêts contradictoires. D'une part le 'Hamas ne souhaite pas la disparation du régime d'Assad, de l'autre il a des difficultés à justifier une alliance avec un régime qui massacre des "palestiniens".

 

Selon le quotidien Al-Hayat, la direction politique du 'Hamas basée à Damas a été sommée de quitter la Syrie pour sa position de neutralité envers le soulèvement populaire. Selon ce même rapport le Qatar a accepter d'accueillir le chef du 'Hamas Meshaal, ce dernier a refusé et est resté à Damas. Selon certains avis, Meshaal déplacerait plutôt son bureau au Caire.

L'Iran aurait trouvé à financer un groupe d'extrémistes salafistes à Gaza, ces franges les plus extrêmes sont nombreuses à Gaza mais manquent de coordination. Les relations du 'Hamas avec ces groupes sont peu claires, parfois il les utilise parfois il les refoule selon ses intérêts, toutefois selon certains analystes, ces groupes ont peu de chances de prendre Gaza en mains qui restera sous l'emprise du 'Hamas.

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 05:49

 

 

Iran - "La République Islamique déploiera une flotte en mer rouge pour véhiculer un message de paix à ses voisins"

Par Aschkel

 © 2011 www.aschkel.info

 

L"Iran envisage de déployer la flotte 15, une flotte composée d'un navire de guerre et d'un sous-marin dans le Golfe d'Aden et la mer rouge. Selon l'Agence semi-oficielle presstv reprenant la déclaration de l'amiral iranien Habibollah Sayyari mardi.

Cette annonce intervient à la suite de celle de  l'Etat major Israélien décidant de renforcer la sécurité dans le sud du pays et notamment à Eilat après la vague de terreur arabo-palestinienne de ces derniers jours. IDF

Deux corvettes sont à quai à Eilat pour lutter contre le terrorisme et la contrebande.

 

Sayyari a déclaré que le but de ce déploiement iranien sera de patrouiller en haute mer et d'afficher ainsi les grandes capactites de la République Islamique, ajoutant que la flotte luttera aussi contre les pirates.

Cette flotte assurera la sécurité de tous les pays (ndlr ???? on se demande ce qu'en pense les saoudiens).

 

"La presence de l'armée iranienne en haute-mer sera de véhiculer un message de paix et d'amitié à tous les pays" déclare t-il encore (ndlr – Ben voyons !!!)

 



Les capacités sous-marines Iraniennes


 

Au début 2006, l’Iran s’est attaqué avec succès àpresque tous les sites Internet Iraniens traitant de ses armées, permettant d’envoyer des images et de diffuser en ligne de nouvelles informations sur la défense Iranienne. En l’espace de quelques semaines, le contenu de ces sites a disparu des moteurs de recherche, ne laissant que les versions enregistrées par certains serveurs cache.

 

Aujourd’hui, il ne reste plus que 2 sites traitant de la défense Iranienne, tous les 2 bloquent les moteurs de recherche, et aucun n’utilise de DNS pour aider à masquer leur localisation [1]. Les informations utilisées dans cet article provient de ces 2 sites. Il est par conséquent assez difficile de les confirmer.

Ce n’est pas l’essaim de petites vedettes rapides qui représente la plus grande menace dans le golfe Persique, mais plutôt l’effet traditionnellement disproportionné des mines et des sous-marins dans n’importe quel théâtre de combat naval. Même si aucun navire ne heurte une mine, le coût des assurances de transport dans des régions où des mines ont été mouillées explosera dans le futur, la menace seule suffit. Lors de la guerre des Malouines, les sous-marins déployés par l’Argentine ont eu un énorme impact sur la Royal Navy, déterminant au début de la guerre où et comment elle pouvait opérer en sécurité.

Il n’est pas facile de s’occuper des mines et des sous-marins. Contrer les menaces dans la guerre sous-marine exige un entraînement qui prend du temps, que les Etats-Unis n’ont pas alloué correctement pour une efficacité suffisante. Je ne suis pas le seul à penser cela, les pressions constantes des écologistes concernant l’utilisation des sonars et des exercices combinées au manque d’une attention suffisante par les commandants de la Navy sont la source de l’inquiétude de la plupart des observateurs.

A cet égard, l’Iran possède un certain nombre (évalué quelque part à environ une douzaine) de mini-sous-marins, 3 sous-marins de la classe Kilo, et un certain nombre de mines de différents types qui créeraient d’énormes problèmes à tout pays qui attaquerait l’Iran.

LES SOUS-MARINS IRANIENS DE LA CLASSE KILO
Un sous-marin Iranien de la classe Kilo, le Yunes
Un sous-marin Iranien de la classe Kilo, le Yunes

© Wikimedia

L’Iran possède 3 sous-marins de la classe Kilo. La base navale récemment terminée dans le port de Chahbahar, sur le golfe d’Oman, peut accueillir les 3 sous-marins. Avec un accès à la haute mer dans le golfe d’Oman, les 3 sous-marins Kilo qui seraient difficiles à utiliser efficacement dans le golfe Persique, seraient beaucoup plus efficaces dans la recherche de cibles en eaux profondes du coté est du détroit d’Ormuz.

Même si le sous-marins Kilo ne sont probablement pas en bon état, ils restent une arme efficace, et leur seule présence forcerait l’US Navy à effectuer des changements importants dans sa tactique. D’abord, l’US Navy serait probablement forcée de maintenir ses porte-avions plus loin dans le golfe d’Oman qu’ils ne le seraient normalement. Elle aurait aussi besoin d’un certain nombre de sous-marins pour localiser et neutraliser la menace Kilo.

Le Kilo, même s’il est potentiellement capable de lancer des missiles de croisière anti-navires, serait moins efficace dans ce rôle. En temps que mouilleur de mines, le Kilo pourrait mouiller environ 36 mines par sortie, et s’il est associé avec un cargo chargé de mines, il pourrait effectuer 2 à 3 sorties de mouillage de mines par semaine. Ce scénario n’a pas seulement été envisagé par les plannificateurs de l’US Navy, mais il est attendu.

LES MINI-SUBMERSIBLES IRANIENS
Mini-sous-marin Iranien
Mini-sous-marin Iranien

On sait que l’Iran possède actuellement au moins 3 types différents de mini-submersibles, et au moins 2 étranges prototypes utilisés dans le Golfe. Ces sous-marins sont considérés pour la plupart génants à utiliser, mais ils seraient tout de même probablement efficaces dans des rôles limités comme l’attaque et le mouillage de mines, et ils seraient très difficiles à détecter en plongée.

Maquette du sous-marin Nahang
Maquette du sous-marin Nahang

L’Iran aurait 2 mini-sous-marins de la classe Nahang (baleine). Ces sous-marins, une conception intéressante pour ceux qui ont un sens de l’histoire des mini-sous-marins, sont remarquables parce qu’ils sont le véhicule qui serait, selon beaucoup d’experts, de la torpille hyper-véloce à super-cavitation Shkval. Utilisés par les Gardiens de la Révolution, leur rôle est une supposition, même si certains observateurs pensent qu’ils pourraient être utilisés pour une surveillance étendue et de la reconnaissance.

Sous-marin de la classe Ghadir
Sous-marin de la classe Ghadir

L’Iran aurait 5 mini-sous-marins de la classe Ghadir. Le Ghadir semble basé sur les mini-sous-marins MG110 de conception Italienne utilisés par le Pakistan. Cette classe pourrait probablement opérer près des plateformes pétrolières pendant une période prolongée, soutenue par une équipe de plongeurs, et effectuer des sorties de mouillage de mines qui seraient très difficiles à détecter jusqu’à 20 nautiques de la plate-forme.

De plus, l’Iran a récemment reçu livraison de 4 mini-sous-marins de la Corée du Nord. On ignore de quelle classe il s’agit, mais les plus petits pourraient être utilisés pour des opérations commandos.

Un "bateau volant"
Un "bateau volant"

L’Iran utilise aussi plusieurs prototypes étranges qui pourraient ou non être en service, mais des photographies prouvent leur existence.

MINES SOUS-MARINES
Mine àorin de la 1ère guerre mondiale
Mine àorin de la 1ère guerre mondiale

Photo prise au musée de la Marine, Paris. © Rémi Kaupp, CC-BY-SA-2.5, Wikimedia Commons

L’Iran disposerait du 4è inventaire au monde en mines sous-marines (autour de 5000) après les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Jusqu’à 1.000 d’entre elles sont des mines de fond à influence EM11, des mines à orin EM31 et des mines propulsées par une fusée EM52. Toutes ces mines sont de conception Chinoise mais fabriquées sur place, et les Chinois sont les plus grands fournisseurs de l’Iran en mines depuis 1998.

Perdu dans le bruit de la vente de sous-marins de la classe Kilo, il a été révélé en 2000 que la Russie avait aussi vendu en même temps à l’Iran1.800 mines.

La mine la plus dangereuse de l’inventaire Iranien est probablement l’EM-52. Il s’agit d’une mine de fond propulsée par une fusée, jusqu’à 4 peuvent être mouillées par un seul petit bateau ou par un dhow. Elles pourraient gravement influencer la navigation dans et aux alentours du golfe Persique.

Alors que les sous-marins de la classe Kilo, les mini-sous-marins et les mines constituent les menaces sous-marines d’un point de vue technologique, l’Iran possède aussi un certain nombre d’équipes de nageurs de combat ainsi que des mammifères spécialement entraînés qui pourraient être aussi très dangereux.

NOTES :

 

[1] Ils n’ont pas d’adresse du type site.com. Ils ne sont accessibles que par leur adresse IP.

 

RÉFÉRENCE :

Information Dissemination (Etats-Unis)  Cet article date de 2007 mais nous donne une idée des capacités iraniennes source

Partager cet article
Repost0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 22:03

 

Bann Gil

 

Véridique - L’Iran (et son gouvernement d’abrutis) sera t'il sauvé par une soucoupe volante ?.

Par Gilles Raphel

pour  © 2011 www.aschkel.info

 


 Dans le même genre :

Humour perse : Le 30 mai 2004, jour de blague en Iran

 

Le 16 mars dernier, l’Iran annonçait en grande pompe la mise en action d’un drone de surveillance de nouvelle génération, drone dénommé Zohal (Saturne en Farsi).

Ce drone aurait la forme d’une soucoupe volante, serait guidé par GPS, et porterait une caméra de 10 millions de pixels.

Voici la première image présentée par la très officielle agence Fars :

 

iran-1.png

Juré c'est vrai !

 

Whaou, Mars attaque … ou plutôt Saturne attaque !

 

Une seconde agence, non moins officielle, l’ISNA, présenta, elle, cette photographie :

 

iran2.png

Or, il s’agit-là du micro drone Draganflyer X6 vendu en ligne par la société américaine Draganfly

Finalement, l’agence FARS présenta un modèle au sol avec la photographie suivante :

iran3.png

 

L’Iran sera-t-il sauvé par une soucoupe volante ?

 

Pour information, un autre micro drone comparable à quatre rotors mis en vente par la société Microdrone.com est utilisé depuis des années dans la recherche universitaire (archéologie, agronomie …) l’industrie et la surveillance.

 

iran4.png

 

Conclusion - On pourrait passer des heures à rire, seulement voilà ces abrutis sont de véritables fous furieux qui n'hésiteront pas a mettre la planète à feu et à sang pour leurs objectifs débiles

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 22:31


 

Kickboxer Majid, cogneur des pasdaran, sacrifié par les mollahs comme agent du Mossad - enquête d'espionnage

 

Bien avant qu'il ne soit "jugé", nous révélions en janvier dernier qui se cachait derrière l'identité tronquée de cet homme de mains des Ayatollahs, brusquement pastiché en "agent du Mossad" pour les besoins d'une enquête qui n'avance pas : l'assassinat de Massoud Ali Mohammadi.

 

Savant iranien qui avait une fâcheuse tendance à critiquer le régime, et dont le domicile était observé par des membres du Hezbollah libanais, premiers "présents sur les lieux", lors de sa mise à mort... Bizarre, qui a dit bizarre? 

L'homme accusé du meurtre d'un savant iranien condamné à mort.


Un tribunal iranien a condamé Majid Jamali Fashi à mort pour l'assassinat d'un physiciens iranien à Téhéran, l'an dernier. Faschi est (bien entendu!) aussi accusé d'avoir travaillé pour le Mossad.

Associated Press

Published:  08.28.11, 17:07 / Israel News

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4114866,00.html

Voir nos annonces du Dimanche 16 janvier 2011

.

Iran : "L'espion du Mossad" passé à table n'est autre que Majid, le "Terminator" des Gardiens de la Révolution

DEBKAfile Reportage Exclusif January 17, 2011, 10:43 AM (GMT+02:00)

 

Adapté par : Marc Brzustowski


Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

 Majid-Jamali-Fash-1.jpg

 Voir aussi : aschkel.info / lessakele

 

PS : si les sources en Iran de Debkafile sont toujours excellentes et documentées, on notera qu'elles ont eu 24h de retard (!) sur celles d'Aschkel.info et Lessakele, en la personne de Faramarz Dadras, spécialiste du renseignement en Iran :

 

F.DADRAS 

 

repris en langue persane sur

www.radiokoocheh.com/article/83515

http://balatarin.com/permlink/2011/1/18/2330262

http://www.farhangiran.com/content/view/9392/81/

http://parsdailynews.com/77613.htm


Majid-Jamali-Fash.jpg

 



 

Majid, surnommé le "terminator" et champion de kick boxing.

 

 

Les sources iraniennes de Debkafile révèlent que le jeune homme iranien qui a “avoué”, à la TV iranienne, mardi dernier 11 janvier, qu’il avait agi pour le compte du Mossad israélien dans le meurtre de l’expert nucléaire Massoud Ali-Mohammadi, n'est autre, dans la vie réelle, qu'un membre de la réserve secrète des escadrons de la mort des Gardiens de la Révolution iranienne, composée de sportifs musclés utilisés pour faire disparaître les opposants au Régime et briser les manifestations de l'opposition. Les sources iraniennes deDebkafile ont découvert qui était le véritable Majid Jamali Fashi – un champion de kick boxing, assimilé à un « Terminator » professionnel, ardent fanatique du Président Mahmoud Ahmadinedjad. En tant que sportif de haut niveau, son visage est devenu familier, pour le peuple en Iran, par le biais des médias et d’Internet. Jusqu’à la fin de 2009, il représentait son pays dans les compétitions internationales de kick-boxing.

 

Le Ministre iranien des renseignements, Heidar Moslehi a, peut-être, pris conscience que de l’exhiber à la télé nationale iranienne comme "espion israélien" donnerait corps à sa vantardise affichée selon laquelle ce seraient les agents iraniens qui auraient infiltré les réseaux du Mossad [et non l'inverse]. Il a répandu ces supputations à travers tout le pays, en espérant qu’elles feraient à elles seules plus de dégât que la rumeur qui court, à propos d’une affaire de virus informatique.

 

Si Majid avait réellement été recruté par le Mossad, cela aurait alors constitué un exploit au crédit de l'agence d’espionnage israélienne, et non pour Téhéran. Cela révélerait, au contraire, face à l’auditoire des téléspectateurs iraniens au grand complet, que les tentacules du Mossad, non seulement, avaient atteint et paralysé le programme nucléaire iranien, mais également les rangs de l’élite clandestine des Gardiens de la Révolution, le CGRI. Aussi, y aurait-il vraiment une raison quelconque de s’en vanter ?

 

La véritable personnalité de Majid Jamali Fash est ainsi dévoilée par nos sources en Iran : il est né à Téhéran en 1978 et, après avoir achevé son service militaire au sein du CGRI, il s’est consacré au kick-boxing, tout en continuant à faire partie des réservistes de la Garde révolutionnaire. Lui-même et des centaines de sportifs et champions accomplis appartiennent à une unité qui est fréquemment rappelée pour réaliser des missions sous couverture, consistant à liquider des ennemis du régime ou briser les crânes, bras et jambes d’opposants à ce régime.

 

Au cours de l’été 2009, ce jeune sportif a été employé durant la répression brutale des manifestations de masse dans les rues, qui contestaient les fraudes massives durant les élections, offrant son second mandat à Ahmadinedjad.

 

La pratique courante de Téhéran, consistant à employer les talents de sportifs nationaux comme « coupeurs de tête » dans le « contrôle des masses » a déjà provoqué les foudres d’indignation et de colère, de la part des Fédérations internationales de Taekwondo, de Judo, de Karaté, de Kung-Fu et de bien d’autres arts martiaux.

 

Du fait de sa notoriété, le grand public en Iran a très difficilement avalé la couleuvre selon laquelle Jamali-Fashi aurait pu être un agent du Mossad.

 

Beaucoup se sont faits à l’idée que ses aveux filmés étaient truqués et commandités par le renseignement iranien. A l'inverse, les cercles dans l’opposition continuent bien de croire à son rôle dans l’assassinat du Prof. Mohammadi, non pas lors d'une mission réalisée pour le compte du Mossad, mais bien au service de ses seigneurs et maîtres au sein du CGRI, justement parce que le Professeur soutenait la cause de l’opposition.

 

 

Dans la seconde moitié de 2009, ce scientifique nucléaire iranien a assisté à des réunions publiques organisées par les dirigeants de l’opposition et signé des pétitions contre le Régime.

 

 

Son exécution a été décidée parce que le professeur Mohammadi était perçu comme un traître à la classe dominante des universitaires et de l’intelligentsia, de la corporation des sciences dans le domaine nucléaire, dont la loyauté au régime compte lourdement. Ils ne pouvaient pas se permettre de le laisser ainsi passer de l’autre côté et ainsi être identifié comme étant dans le camp de l’opposition.

 

L’unité secrète des Gardiens spécialisée pour ces missions a alors été mandatée pour le liquider. On a donc enrôlé le jeune kick-boxer Majid.

 

Alors, pourquoi le Ministre des renseignements a t-il éprouvé le besoin de lever un coin du voile sur son rôle dans cet épisode?

Comme d’habitude, les motivations des décideurs de la République islamique demeurent confuses et énigmatiques.

 

La rumeur qui circule à Téhéran dit que le Ministère des renseignements devra aller jusqu’au bout de sa mise en scène et lui donner une conclusion logique par l’annonce de l’exécution de Majid en tant qu’“espion israélien”. On lui donnera alors une nouvelle identité et son visage sera remodelé par la chirurgie esthétique, de façon à ce qu’il disparaisse de l’attention publique.

 

Mais la seconde théorie qui circule est bien plus élaborée : Majid semble mûr pour servir d’atout dans la vague de luttes internes pour le pouvoir qui se joue entre le Ministère des Renseignements et le haut-commandement des Gardiens de la Révolution depuis plusieurs mois. Ce dernier aurait décidé d’utiliser le kick-boxeur comme bouc-émissaire dans le cadre de l’assassinat du Prof. Mohammadi, en annonçant qu’il avait commis ce meurtre sur l’ordre d’une unité dissidente des Gardiens de la Révolution, sans en avoir reçu l’instruction formelle de la part des étages supérieurs de la hiérarchie.

 

 

L’avenir de Majid est, par conséquent, des plus incertains.

 

Après avoir avoué que la mort du scientifique avait provoqué des dommages extrêmes au programme nucléaire iranien, Moslehi devait trouver quelqu’un à punir pour cela. Le Guide Suprême de l’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei, sera, sans aucun doute, appelé à arbitrer la controverse qui agite la communauté du renseignement dans le pays – dont dépend le sort de Majid, le champion-Terminator. Sa mise en scène en tant qu’agent du Mossad pourrait bien être son dernier spectacle. 

 

 

 

Lire aussi

 

F.DADRAS


Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 20:03

 

 

 

 

Les brigades pro-al Qaeda contrôlent les bastions de Kadhafi saisis par les Rebelles à Tripoli.

 

 


Par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

debka

 

 

Abd Al-Hakim Belhadj, chef du Groupe de Combat islamiste libyen issu d'Al Qaeda

 

Ce sont les membres du Groupe de Combat Islamiste Libyen (GCIL ou LIFG), affilié à Al Qaeda, qui ont le total contrôle des anciens bastions de Mouammar Kadhafi, conquis par les rebelles libyens, dimanche dernier, 21 août, révèle Debkafile, d’après des sources libyennes. Ils combattent sous le commandement d’Abd al-Hakim Belhadj, un vétéran d’Al Qaeda en Afghanistan que la CIA a capturé en Malaisie en 2003 et qui a été extradé en Libye six ans plus tard (2009), où Kadhafi l’a jeté en prison.

 

 

Belhadj est répertorié comme un individu rejetant toute forme de coexistence avec les “Croisés”, excepté à travers le Jihad.

 

Ses brigades ont été la principale force motrice rebelle dans l’opération pour la capture du centre de commandement de Kadhafi à Bab al-Aziziya, le 23 août. Samedi 27 août, ces brigades ont déferlé sur le quartier d’Abu Salim au sud de Tripoli, l’arrachant des mains des dernières poches de résistance pro-Kadhafi dans la ville. Beaucoup des prisonniers relâchés de la prison locale appartiennent à Al Qaeda.

 

Le chef du GCIL s’autoproclame comme “le Commandeur du Conseil militaire de Tripoli”. Interrogés par nos sources pour savoir s’ils projetaient de remettre le contrôle de la capitale libyenne au Conseil National de Transition, qui bénéficie de la reconnaissance de l’Occident, les combattants jihadistes se sont contentés d’esquisser un geste de démenti et de dédain sans répondre franchement.

 

Selon des medias américains et britanniques, au moins la moitié des membres du CNT se sont déplacés de Benghazi vers Tripoli, une condition sine qua non pour pouvoir recevoir les avoirs gelés de Kadhafi et une assistance internationale. Mais il n’y a aucune confirmation de nos sources que cela se soit passé de cette façon, en réalité. A Tripoli, seul le désordre règne, inondé par un afflux d’armes et en proie à des accusations réciproques d’atrocités. Nos sources doutent que le Conseil soit en mesure d’assurer le moindre contrôle de –ni même d’assurer sa propre présence à –Tripoli prochainement. Les sources du renseignement américain à Tripoli ne perçoivent aucun signe que le CNT soit capable de persuader les brigades islamistes de rétrocéder le contrôle de la ville dans un proche avenir – ni même qu’ils acceptent de déposer les armes.

 

Ces armes sont des modèles sophistiqués remis directement par les forces des opérations spéciales britanniques et françaises aux rebelles, selon une source américaine de premier plan. Si ces contingents de l’OTAN n’avaient pas dirigé l’assaut contre Tripoli, les rebelles, livrés à eux-mêmes, n’auraient pas pu conquérir les centres de gouvernement de Kadhafi.

 

Une semaine à peine après cet épisode haut en couleurs, les institutions gouvernementales de Tripoli ont sombré entre les mains des brigades de combat islamistes appartenant à Al Qaeda, qui sont, désormais, armés jusqu’aux dents, grâce au matériel lourd saisi dans les arsenaux de Kadhafi. Aucune force militaire occidentale ou libyenne ne peut envisager de déloger les Islamistes de la capitale libyenne dans un avenir prévisible.

 

La Libye a, dès lors, créé un nouveau concept susceptible de faire fureur parmi les extrémistes islamistes en quête de gains supplémentaires, à la faveur des révoltes Arabes. Ils peuvent, avec justesse, conclure que l’OTAN viendra à leur rescousse, en toute situation de rébellion visant à détrôner un dirigeant autocratique arabe. La coalition des forces spéciales britanniques, françaises, qataries et jordaniennes, avec la bénédiction tranquille du renseignement américain, a, avec une quasi-certitude, bénéficié de l’approbation béate du Président Barack Obama pour sa conception particulière de l’éviction de Kadhafi.

 

Par conséquent, pour la toute première fois dans l’histoire, les armées occidentales membres de l’OTAN, ont pris part directement à la tentative de forces extrémistes islamistes de faire la conquête d’une capitale arabe et de renverser son dirigeant.



Une tentative pour faire valoir la façon de faire de cette opération de l’OTAN et comment elle s’est transformée en nouveau fief d’Al Qaeda, est en cours d’élaboration. Les médias occidentaux sont gavés de portraits avantageux du cercle dirigeant rebelle comme représentant une force militaire et politique cohérente et responsable, qui tient la situation bien en mains, depuis Benghazi à l’Est jusqu’à la frontière tunisienne à l’Ouest.

 

Cette description est fausse. Nos sources militaires dévoilent que le noyau dur des forces militaires rebelles, dans le centre et l’ouest de la Libye, n’est pas sous le commandement du CNT, pas plus qu’il n’obéit aux injonctions des quartiers généraux des rebelles à Benghazi.

.

 

Cette situation chaotique, dans les rangs rebelles, souligne l’importance de l’effort accompli par le CNT pour conquérir Sirte, la ville natale de Kadhafi, où l’essentiel de ses soutiens sont concentrés. Le contrôle de Sirte, qui se situe à mi-chemin entre Benghazi et Tripoli, fournira au CNT et à son chef, Abdul Jalil, un contrepoids, face aux brigades favorables à Al Qaeda, qui contrôlent la capitale.

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 17:20

 

 

 

Exclusif - Iran, Syrie, Corée du nord et Pakistan, l’axe du mal en action

Par Gilles Raphel

pour © 2011 www.aschkel.info 

 

 


L’information parait cette semaine dans la presse occidentale, la Corée du Nord a livré à l’Iran les codes source du programme MCNPX 2.6.0.

Le MCNPX (Monte Carlo N-Particle Extended) est un programme informatique mis au point et développé depuis les années 1940 par le laboratoire national de Los Alamos (USA), il est utilisé par plus de 2500 laboratoires dans le monde et un peu plus de 2000 ont un accès illimité à sa base de données. Il est destiné au développement du nucléaire et est principalement utilisé pour la recherche médicale, néanmoins, il est aussi fonctionnel dans le cadre de l’enrichissement de l’uranium. Sa version 2.6.0 a été publiée en avril 2008.

Comment le MCNPX 2.6.0 est parvenu en Iran – ainsi qu’en Syrie d’ailleurs - ?

Le MCNPX 2.6.0 était légalement au Pakistan, or, il est maintenant connu que la Corée du Nord et le Pakistan ont des liens forts concernant le nucléaire militaire. (Déjà, en 1998, au travers du réseau Khan, la Corée du Nord avait payé 1 million de dollars un responsable de l’armée pakistanaise et un-demi-million accompagné d’une poignée de diamants à un autre afin d’obtenir un transfert de technologies – centrifugeuses et mise à feu - ).

Ayant nettement progressé dans la balistique, la Corée du Nord échange maintenant avec le Pakistan sa technologie de vol contre des informations concernant le nucléaire. Elle a acquis ainsi en 2010 auprès des services pakistanais les codes source du programme MCNPX 2.6.0.

Cette même année, l’Iran a renouvelé un contrat de collaboration avec la Corée du Nord portant sur le nucléaire militaire de 100 millions de dollars. La Syrie aussi d’ailleurs, pour une somme qui nous est inconnue.

Le 19 février dernier, 20 ingénieurs et techniciens nucléaires provenant de Pyongyang  atterrissaient à Téhéran, avec dans leurs valises le programme MCNPX et pour mission d’accélérer l’enrichissement d’uranium à des fins militaires.

Ce programme est utilisé dans le site bunker de Fordoo et permet un enrichissement à 20% alors que le taux d’enrichissement de l’uranium actuel en Iran (site de Natanz) n’est que de 3,5%.

Grâce à cette nouvelle technologie, l’Iran vient de progresser grandement vers la production en série d’ogives nucléaires.

Pour information, la récente rencontre (24 août 2011) Kim Jong-il – Medvedev sur une base parachutiste au bord du lac Baïkal a permis l’accord du passage en Corée du Nord d’un gazoduc russe vers le Corée du Sud pour une rente annuelle de 500 millions de dollars, alors que Kim Jong-il a refusé tout moratoire sur le nucléaire avant l’entrée en discussion avec le groupe des Six. Cette manne, pour sûr, ne sera pas destinée à lutter contre la famine endémique du pays le plus fermé au monde.

Partager cet article
Repost0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 09:03

 

 

freds

 

 

Pour  sauver Israël, une guerre totale contre l’Iran devient inévitable
par Frédéric SROUSSI
pour © 2011 www.aschkel.info

Lire aussi  -
Regardez un combat de boxe anglaise; ce sont les poings des combattants qui frappent mais chacun des deux boxeurs sait bien que ce n’est qu’en cognant la tête ou le corps de l’adversaire que ce dernier ira au tapis. 
Le Hamas, Le Djihad Islamique Palestinien sont, tout comme le Hezbollah, les «poings» de l’Iran. Malheureusement, l’État hébreu s’entête à cogner sur les tentacules de Téhéran au lieu de frapper l’Iran au «corps et à la tête» et mettre enfin à terre ce pays qui se transforme de jour en jour en une super-puissance régionale. 
Israël, quant à lui, n’est plus une puissance régionale (l’a-t-il été un jour ?) car l’État juif n’a quasiment plus aucune influence sur ces voisins et sur le déroulement des affaires du Proche et Moyen-Orient. Pis, ce sont les groupes et États terroristes qui l’environnent qui dictent le calendrier des évènements dans cette région de sauvages. Aujourd’hui, la situation de l’État juif est critique.
Son armée a été émasculée par des politiciens et des généraux israéliens devenus les toutous dociles de Washington dont le but est de garder l’État juif sous sa coupe pour le contrôler en émoussant sa volonté de se battre.
Si Israël n’arrive même pas à faire cesser des tirs de roquettes en provenance de Gaza, qu’adviendra t-il alors le jour où, à D.ieu ne plaise, le Hezbollah, le Hamas, le Djihad Islamique et l’Iran lanceront simultanément leurs missiles et roquettes de tous genres sur le petit territoire hébreu ?
Et que se passera-t-il quand l’Iran aura bouclé son processus de nucléarisation militaire ?
L’État juif a déjà un pied dans le gouffre et Israël n’a plus d’autre solution que d’engager une guerre absolue contre le fanatique régime des Mollahs et des Pasdarans. 
Éliminez la menace iranienne et les mouvements terroristes anti-israéliens seront anéantis.
Éliminez la menace iranienne et c’est le risque d’un Holocauste nucléaire dirigée contre l’Etat juif qui disparaîtra ! Le jeu en vaut la chandelle !
Disons-le tout de go ; si I’armée israélienne n’a pas les moyens de se confronter à son pire ennemi, alors Tsahal est aussi utile pour le peuple juif que les Gardes Suisses du Vatican le sont pour les habitants de Rome.
En fait, ce ne sont pas les moyens qui manquent à Israël mais la volonté et le courage de son personnel politique, de son état-major et de ses services secrets (rien que ça!).
Les représailles israéliennes ne sont que des demi-mesures de plus en plus perçues comme de la faiblesse pure et simple.
Comme l’expliquait Carl Von Clausewitz dans ses Principes fondamentaux de stratégie militaire : «Lorsqu’on esquisse un plan d’attaque, il faut se fixer un grand but (...).Si l’on se fixe un petit but, alors que l’ennemi en poursuit un grand, on sera évidemment trop court […]. La première cause de victoire dans l’art militaire (est) : «Poursuivre un grand but décisif avec énergie et ténacité.»
Il est vrai que, en cas d’insuccès, le péril s’en trouve grandi; mais redoubler de prudence aux dépends du but, ce n’est pas de l’art, ce n’est qu’une fausse prudence, qui, comme je l’ai déjà dit…est contraire à la nature de la guerre…»
De toutes façons, selon nous, Israël n’a plus d’autre choix que de s’attaquer à la racine du mal qu’est la République Islamique d’Iran.
Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 18:47

 

      

Londres - Manifestation à Trafalgar Square pour le génocide des Israéliens organisée par l'Iran et ses sbires et soutenue par la belle soeur de T.Blair

 

Adapté par Aschkel - © 2011 www.aschkel.info

 

 

Hier 21/08/2011

Lauren Booth (belle-soeur de Tony Blair qui s'est fait déneuronée lors d'un voyage-étude à Gaza)était venue apporter son soutien à la manifestation pour la journée de Al Qods

 

Rappel : cette journée a été instituée par Khomeny pour libérer Al-Qods, en langage normal Jérusalem, elle a lieu a chaque fin de Ramadan.

 

Londres, la belle démocratie qui permet a toutes sortes de génocidaires de s'exprimer librement sur ses places publiques.

 

Un petit apéritif ...avant la conquête totale des terres de sa gracieuse majesté !

 

Sur la vidéo voir l'accoutrement de la belle Hélèn ! Et son petit discours très pacifique

 

"Il est temps frères et soeurs, pour Al-Qods d'être libérée, pour l'Islam pour les peuples du monde qui souhaitent y prier le D.ieu unique, et nous vous disons aujourd'hui à vous en Israël, nous voyons vos crimes, et nous detestons vos crimes, pour nous votre nation n'existe pas, parce que c'est une injustice criminelle contre l'humanité ! Nous voulons voir le Liban, la Jordanie et l'Egypte aller à vos frontières. Libérez Al-Qods, Marchons sur Al-Qods !"

 

 

Damas et Téhéran ENTRE AUTRES peuvent massacrer - c'est ce que l'on appelle la justice et l'harmonie Islamique !!!

 

 

presstv.

 

Ces photos ci-dessous ont été prises sur place par richard millett

 

 


 

Trafalgar Square, London, 21st August 2011

 

 

 

Trafalgar Square, London, 21st August 2011

 

 

 

Trafalgar Square, London, 21st August 2011

 

 

Trafalgar Square, London, 21st August 2011

 

 

Trafalgar Square, London, 21st August 2011

 

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 16:39

 

Merci Pierre

 

L'Iran a commencé à installer des centrifugeuses dans son usine de Fordoo

Téhéran - Pendant ce temps, les mollah travaillent à enrichir leur arsenal de mort

 

 

TEHERAN - (Belga) L'Iran a commencé à installer des centrifugeuses dans son usine souterraine d'enrichissement d'uranium de Fordoo (150 km au sud de Téhéran) a indiqué le chef du programme nucléaire iranien Fereydoun Abbassi Davani cité lundi par le site de la télévision d'Etat.
"Le transfert de centrifugeuses de Natanz (ndlr: le seul site d'enrichissement iranien actuel, dans le centre du pays) vers Fordoo est en cours, avec toutes les mesures de sécurité nécessaires", a déclaré M. Abbassi Davani, chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA). "Une série de centrifugeuses est déjà arrivée à Fordoo", a ajouté le responsable iranien en précisant: "nous n'allons pas précipiter (le transfert) car nous devons suivre les procédures techniques nécessaires".
La révélation en 2009 par les Occidentaux de la construction secrète de l'usine de Fordoo en violation des résolutions de l'ONU avait provoqué une grave crise entre l'Iran et la communauté internationale, aboutissant en juillet 2010 à un renforcement des sanctions économiques et politiques occidentales contre Téhéran.
L'Iran avait annoncé en février à l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA), qui contrôle les activité d'enrichissement de Téhéran, que le site de Fordoo recevrait ses premières centrifugeuses durant l'été. M. Abbassi Davani n'a pas précisé le type des centrifugeuses transférées à Fordoo ni si elle serviraient à produire de l'uranium faiblement ou hautement enrichi. (QUJ)
lavenir
Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 21:35

Confirmant à 110 % :  L’Iranisation des groupes terroristes subalternes à Gaza, point de jonction avec Al Qaeda


DEBKAfile  Reportage exclusif  21 août 2011, 11:02 AM (GMT+02:00)


Tags:  Iran     Gaza    Israel    US    Egypt    Palestinian Jihad Islami 


Par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

http://www.debka.com/article/21228

 

 

Le piège iranien pour Israël, sur l’autoroute d’Eilat

 

Le rôle de l’Iran et du Hezbollah, dans la manipulation de la guerre palestinienne en cours contre Israël, depuis Gaza, est manifeste, selon les sources militaires de Debkafile. Ils ont planifié, orchestré et financé les attentats coordonnés sur l’autoroute d’Eilat, jeudi 18 août – lors desquels des hommes armés ont tué huit israéliens et en ont blessé 40 –et leurs séquelles : l’envol de 90 missiles lancés jour et nuit depuis Gaza contre un million de civils israéliens depuis lors.

 

Yossi Shoshan, 38 ans, de la ville d’Ofakim, a été tué par l’un de la douzaine de missiles Grad qui ont frappé BeerSheva et sa ville de résidence, samedi soir. Plus d’une dizaine de personnes ont été blessées, dont au moins une de façon critique. L’acteur essentiel du blitz de missiles est le bras armé palestinien de Téhéran : le Jihad islamique, qui est responsable de 90% des lancements. Le Hamas été laissé de côté, dont le relais a été coupé, pour la première fois, des hauts niveaux de l’autorité à Téhéran et Damas.

 

Tsahal est retenu de passer à une action substantielle qui permettrait d'étouffer l’offensive appuyée par l‘Iran, du fait de l’indécision du niveau politique décisionnaire du gouvernement israélien. Celui-ci en est encore à chercher son chemin dans la détermination exacte des conséquences potentielles de cette crise militaire qui débarque en prenant Israël à l’improviste.

 

Sous le nez des Egyptiens, des Israéliens et des Etats-Unis, Téhéran s’est débrouillé pour transférer à son bras armé palestinien à Gaza, le Jihad islamique, plus de 10 000 missiles, en prévision du cycle de violence qui s’est déclenché, il y a trois jours. La plupart d’entre eux sont des Grad de forte puissance qui mettent BeerSheva, capitale du Neguev et la 7ème plus grande ville d’Israël (200 000 habitants), dans leur rayon d’action de 30 kms, en cas d’offensive massive et soutenue.

 

Téhéran a, maintenant, expédié clandestinement le matériel lourd dans la Bande de Gaza, prêt pour une guerre au Moyen-Orient qui a cinq objectifs :

 

1. Laisser les mains libres au Président Bachar al Assad pour continuer à réprimer violemment sa population et ignorer l’exigence qu’il démissionne, de la part du Président Barack Obama, appuyé par l’Europe.


2. Mettre sur pied les moyens d’une menace constante et directe dans les flancs de l’Etat juif, dont la destruction est un fondement de l’idéologie de la République islamique d’Iran.


3. Déjouer l’opération de la Junte militaire égyptienne, depuis la semaine dernière, visant à regagner le contrôle de la Péninsule du Sinaï devenue hors-la-loi et de détruire les vastes réseaux de trafic d’armes alimenté par l’Iran, du fait de ses capacités de parrain international dominant du terrorisme.


4.  Rendre sans substance le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas et sa tentative de reconnaissance d’un Etat Palestinien devant l’ONU, le 20 septembre. Son isolement lui a été signifié à domicile, jeudi dernier, par les attaques terroristes palestiniennes coordonnées, près d’Eilat, jeudi dernier.


5. Implanter des bombes à retardement tout autour d’Israël, au risque d’une détonation et d’une explosion potentielle qui s'étendrait à l’échelle d’une guerre régionale totale.

 

Les sources de Debkafile à Washington révèlent que la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton a souligné ce risque au dirigeant militaire d’Egypte, le Maréchal Mohammed Tantawi, samedi soir, 20 août, afin de le dissuader de rappeler l’Ambassadeur égyptien en Israël, après la mort de trois des cinq policiers égyptiens pris dans la mêlée, au cours de l’attaque terroriste palestinienne près de la frontière du Sinaï.

 

Ce danger a été posé sur la table, durant la réunion interne des huit Ministres du cabinet, lorsqu’ils se sont rencontrés dimanche pour décider d’une action de Tsahal afin de mettre un terme à la guerre palestinienne des missiles.

 

Cependant, juste au moment où le Caire découvrait que son opération, visant à éradiquer l’emprise d’al Qaeda et d’autres groupes islamistes sur le Sinaï, offrirait un prétexte à l’Iran pour déclencher l’agression, le Premier Ministre Binyamin Netanyahou et le Haut-Commandement de Tsahal se trouvaient à court de précisions pour déterminer qui il fallait attaquer. Jusqu’à présent, Israël déclarait que les dirigeants du Hamas à Gaza étaient responsables de toute attaque ayant l’enclave pour origine.

 

Cette formule n’est plus du tout valide. Les attentats de l’autoroute d’Eilat ont été planifiées et exécutées dans le dos du Hamas, de même que l’offensive des missiles – jusqu’à samedi soir, quand le Hamas a décidé d’essayer d’entrer dans la danse. Autant le Hamas que Le Caire sont hors cadre (à côté de la plaque).

 

Les dirigeants israéliens sont à court de solutions, parce que personne, à Washington, à Jérusalem ou au Caire ne peut être certain des conséquences d’une quelconque phase militaire qu’ils pourraient décider. Ils ne savent pas s’ils pourront résorber le cycle de violence ou s’ils ne feront qu’être un jouet entre les mains du Hezbollah et de Téhéran, qui pourraient bien disposer d’autres flèches dans leur carquois, prêtes à être tirées.

 

 

 

Il n’y a seulement que trois faits qui sortent des brouillards de l’incertitude :

.

 

- Premièrement, la crise sécuritaire qui assiège Israël contient le danger potentiel de plonger tout le Moyen-Orient dans une guerre régionale.

 

- Deuxièmement, l’Amérique et Israël paient le prix fort de leur désinvolture, face aux actes de belligérance de l’Iran, du Hezbollah et des groupes extrémistes palestiniens et leurs préparatifs actifs à la guerre, y compris dans l’accumulation d’un stock de milliers d’armes incroyablement plus sophistiquées, à toutes les frontières d’Israël.

 

- Troisièmement, dès qu’un soldat israélien mettrait le premier pied, ou qu’un tank entrerait à Gaza, pour faire cesser les tirs de missiles du Jihad Islamique, le plus probable est que cela enclenche un deuxième assaut orchestré par l’Iran à partir d’une autre des frontières d’Israël.


Dimanche matin, personne dans aucune capitale concernée n’était prêt à risquer le pari de savoir jusqu’où Téhéran était prêt à aller dans son offensive actuelle, ni quelles instructions le Hezbollah et ses marionnettes palestiniennes avaient réellement reçues

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories